neuvaine pour la fête de St Jean Baptiste

 

Paroisse saint Jean-Baptiste

De Baie-Mahault

 

Neuvaine à Saint Jean Baptiste

 

Saint Jean-Baptiste

 

Image1

 

Fête le 24 Juin

Jean-Baptiste (le Baptiseur) est cousin du Seigneur. Il est fêté le 24 juin par l’Église tout entière avec une grande solennité, vu son rôle dans l’Histoire du Salut "voici la Saint Jean ", chante-t-on. Jean-Baptiste est très populaire. En France, de nombreuses églises et villages portent son nom. A Rome, la basilique Saint-Jean-de–Latran, l’une d 

es quatre basiliques majeures est dédiée aux deux saints Jean: Jean le baptiste et Jean l’Evangeliste

Image25Qui est Jean Baptiste ?

Jean-Baptiste est appelé aussi le Précurseur. Il est le dernier des prophètes d'Israël. Il vient clore la longue liste des saints hommes de Dieu qui, sous l'inspiration du Saint-Esprit, ont annoncé à temps et à contretemps la Révélation divine et la venue du Messie qui inaugurerait la Nouvelle Alliance. L'annonce de sa naissance, par l'archange Gabriel, ouvre le Nouveau Testament dans l'Evangile de Luc (ch 1). Son père, Zacharie, est prêtre de la tribu de Lévi. Il est marié avec Élisabeth, descendante, elle aussi, de la tribu de Lévi, de la très haute et très noble lignée sacerdotale d'Aaron, frère de Moïse et premier Grand-Prêtre (dont sont issus tous les grands prêtres du Temple de Jérusalem). "L'un et l'autre sont des justes " précise l'évangéliste (Genèse 15,6). Nous dirions aujourd'hui qu'ils sont des saints. Pourtant, malgré leur grand mérite et leurs ardentes prières, le Seigneur ne leur a pas encore donné d'enfant. Et Elisabeth est stérile. De plus, dit St Luc, "ils sont maintenant très âgés". Notons déjà que la naissance de Jean-Baptiste fut le fruit des instantes prières de ses parents. 

                                                                                               sa naissance

                                                                                 Image10 1

Mais au temps du roi Hérode (entre - 7 et - 4 avant notre ère) un événement considérable se produit à Jérusalem. Alors que Zaccharie est désigné par le sort pour faire brûler l'encens dans le sanctuaire du Temple. Le jour où ce soin est dévolu à sa classe, "la classe d'Abia" dont il fait partie, l'Ange Gabriel lui apparaît à la droite de l'autel : "N'aies pas peur Zacharie. Ta prière est exaucée. Ta femme t'enfantera un fils et tu lui donneras le Nom de Jean (ce qui signifie le Seigneur est favorable). Beaucoup se réjouiront de sa naissance. "Il ne boira ni vin, ni liqueur fermentée (autrement dit, il sera "nazir", consacré au Seigneur dès sa naissance (Nb 6, 2-3). Il sera rempli de l'Esprit Saint dès le sein de sa mère. Il ramènera de nombreux fils d’Israël au Seigneur, leur Dieu. Il précédera le Seigneur avec l'esprit et la puissance d'Elie pour ramener le coeur des pères vers leurs enfants et les rebelles à la sagesse des justes, préparant ainsi au Seigneur un peuple bien disposé" (Lc 4, 17). L'ange Gabriel annonce à Zaccharie qu'en dépit des apparences (la stérilité d'Elisabeth et leur vieillesse), le Seigneur va leur donner un fils. Il sera un grand prophète, le nouvel Elie, qu'annonce la prophétie de Malachie (vers - 520-515) : "Voici que je vais vous envoyer Elie le Prophète avant que n'arrive Mon Jour. Il ramènera les cœurs des pères vers leurs fils, et les cœurs des fils vers leurs pères" (Mi 3, 23-24). Élisabeth conçoit bientôt l'enfant promis. Elle tient la nouvelle soigneusement cachée durant 5 mois, tant la nouvelle est surprenante.

                                                                     Jean au désert

                                                            Image27

 Conduit par l'Esprit Saint, Jean se retire pour prophétiser au désert - lieu d'une extrême aridité, mais où la Parole de Dieu est le mieux reçue - près du Jourdain, symbole de l'eau vive. Là il va vivre dans une austérité effrayante : Il porte, comme les prophètes d'Israël, "un manteau de poils de chameau, un pagne de peau et une ceinture autour des reins. Sa nourriture est composée de sauterelles et de miel sauvage". (Mc 1). De très nombreux artistes l'ont représenté ainsi. Il apparaît comme un Rabbi (un rabbin), un maître. Il est bientôt entouré de disciples (Jn 1,35) auxquels il apprend à jeûner, à prier et surtout à écouter la Parole divine (Mc 2, 18 et Lc 5,33 et 11,1). A cause de son zèle, Jésus peut dire de lui : "Il est ce nouvel Elie qui doit venir pour marcher devant le Seigneur, qu'on attend et qui doit préparer le peuple à la venue du Messie" (Mt 11, 2-15 et 17, 9-13). Sa voix puissante et la force de Vérité de son message ébranlent la Judée. Il prêche une conversion dont le signe est un bain rituel accompagné de l'aveu des péchés. C'est le baptême dit de Jean (d'où son nom), qui sera préfiguration du Sacrement de Baptême. Sa parole rigoureuse le situe dans la droite ligne des prophètes. Il demande à tous, comme l'avait annoncé l'archange Gabriel à Zacharie son père, de revenir à Dieu, et d'être dorénavant fidèles à la Sainte Loi d'amour de Dieu. "Engeance de vipères, convertissez-vous ! Produisez des fruits de repentir. Sinon n'espérez pas échapper à la colère divine. Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu" crie-t-il à ses contemporains (Lc 3, 7-8). Avec l'audace des saints, il dénonce l'adultère public d'Hérode avec sa belle-sœur Hérodiade, la femme de son frère qu'il a épousée, lui faisant de vifs reproches. "Pourtant Hérode aimait l'écouter !". Pourtant un jour, il le fait arrêter et jeter dans la prison de Machéronte, au-delà du Jourdain. Il est si grand, si saint que la foule se demande s'il n'est pas le Messie Lui-même. Il répond humblement aux enquêteurs qui lui sont envoyés par les autorités religieuses : "Je ne suis pas le Christ ! et même je ne pas digne de dénouer les courroies de ses sandales" (Jn 1, 21). A la demande expresse de Jésus, il Le baptise, Baptême qui marque l'envoi en mission du Seigneur, au cours duquel se manifestera alors la Sainte Trinité : "Il vit l'Esprit descendre sur Lui comme une colombe. Et voici qu'une voix, venue des cieux, disait : "Celui-ci est mon Fils bien-aimé qui a toute ma faveur", (Mt 3, 16-17). "Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde" dira Jean en désignant Jésus aux disciples comme le (futur) agneau immolé, agneau pascal, symbole de la rédemption d'Israël et du monde (Jn 1, 29-34). Il annonce que Jésus est Celui qui vient, qui baptisera dans l'Esprit et dans le feu, que Jésus est l'élu de Dieu, l'oint du Seigneur, le Messie Lui-même (Mt 3, 11). Il a accompli désormais ce pour quoi Dieu l'a envoyé. Sa mission s'achève ! "Il faut qu'Il croisse et que je diminue ", dira-t-il à ceux qui l'interrogent (Jn 3, 27-30).

                                                                 Sa personnalité

                                                   Image15

 Jean-Baptiste est extraordinairement attachant. Lorsqu'il prêche dans le désert, il apparaît tel un roc de foi. Mais dans la désolation de sa prison, il est assailli de doutes. Ne s'est-il pas trompé ? Il envoie alors ses disciples demander à Jésus : "Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ?" Ce sera l'occasion pour Jésus de lui rendre le plus bel hommage fait à un homme : L'annonce à Zacharie et l'annonce à Marie sont étroitement liées dans le projet divin. En effet - Dieu voit et sait tout - lors de l'Annonciation, l'archange Gabriel va donner à Marie un signe précis de la réalité et de la vérité de son Message, le signe d'une naissance miraculeuse, le même que celui donné à Sara, l'épouse d'Abraham, stérile elle aussi, qui enfantera pourtant le patriarche Isaac : "Elisabeth, ta parente, est enceinte. Elle en est à son 6ème mois, car rien n'est impossible à Dieu" (Lc 1, 26-38). Cette nouvelle et ce signe bouleversent Marie. Elle en saisit l'importance et la portée. Elle répond alors : "Je suis la servante du Seigneur. Qu'il me soit fait selon ta parole". Quelques jours plus tard, lors de la Visitation, dès qu'il entend la salutation de Marie, Jean-Baptiste, alors qu'il est encore dans le sein de sa mère, est tout à-coup rempli de l'Esprit Saint : "Dès qu'Elisabeth eut entendu la salutation de Marie, l'enfant tressaillit (de joie) dans son sein" v. 41. Ainsi donc, c'est un foetus de 6 mois, Jean-Baptiste, qui est le premier être humain à saluer le Seigneur Jésus, embryon de 3 jours, car c'est le délai nécessaire pour aller à pied de Nazareth à Ain Karim où habitaient selon la tradition Zacharie et Elisabeth. Lors de la naissance de Jean-Baptiste, les signes miraculeux se multiplient, montrant que le doigt de Dieu est sur l'enfant : Zacharie recouvre miraculeusement la parole. Il prophétise et chante le Benedictus, ce magnifique cantique que les chrétiens récitent chaque matin lors de l'office divin : "Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël... Toi, petit enfant, tu seras appelé"Prophète du Très-Haut" Tu précéderas le Seigneur pour lui préparer ses chemins, pour donner à son peuple la connaissance du salut par la rémission de ses péchés... (Lc 1, 67-79)

                                                                            Sa mission

                                                             Image28

 

 La mission de Jean-Baptiste commence en l'an 29 de notre ère, comme le dit Saint Luc : En l'an 15 du Principat de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de Judée, Hérode tétrarque de Galilée, sous le pontificat d'Anne et de Caïphe, la Parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, au désert de Judée, dans la région du Jourdain" (Lc 3, 1-3). Comme toujours dans l'Ecriture, chaque événement se déroule à une date précisée, ici l'an 29, avec un homme nommément désigné, Jean, en un lieu connu, la Judée. La Révélation, ne l'oublions pas, s'insère toujours dans la réalité de l’histoire. Le Royaume de Dieu est tout proche. Le Messie arrive... "Il est plus qu'un prophète. Parmi les enfants des femmes, il n'en a pas surgi de plus grand que Jean-Baptiste" (Mt 11, 2-15). Son attachement pour Jésus est immense. Peu avant son arrestation, Jean l'Évangéliste nous relate l'ultime témoignage que fait Jean le Baptiste en l'honneur de Jésus : "L'ami (c'est Jean-Baptiste qui se désigne ainsi) de l'Epoux (Le Christ) est ravi de joie à la voix de l'époux. Voilà ma joie, elle est maintenant parfaite" (Mt 1, 35s). Et il invitera ses propres disciples, particulièrement André et Jean, à suivre Jésus.

                                                                               Son héroïsme

                                                                Image17

 Les reproches vigoureux qu'il adresse à Hérode à propos de sa liaison avec Hérodiade, la femme de son frère Philippe, traduisent l'intensité de sa fidélité à Dieu. Il poussera cette fidélité jusqu'à 1 'héroïsme, c'est-à-dire jusqu'à l'ultime témoignage du martyre : sous l'impulsion d'Hérodiade et à la demande de Salomé sa fille, Hérode, au cours d'une beuverie, donnera l'ordre de le décapiter (Lc 18, 16). "Ses disciples vinrent prendre son cadavre. Ils l'ensevelirent. Puis, ils allèrent en informer Jésus" (Mt 14, 5-12). Ainsi s'achève l'histoire de Jean-Baptiste. Jean-Baptiste renvoie toujours à Jésus. C'est bien ce qu'entend Jean l'Evangéliste, quand il nous dit dans le prologue de son Evangile : "Il y eut un homme envoyé de Dieu, son nom était Jean (le Baptiste). Il n'était pas la lumière, mais il venait pour rendre témoignage à la lumière" (Jn 1, 7).

                                                                                 Un saint

                                                             Image19

 Jean-Baptiste, comme ses parents, Élisabeth et Zacharie, est un juste, un saint dirions-nous aujourd'hui, et même un des plus grands saints. En fait, c'est un géant de sainteté. Son amour pour le Seigneur et pour la Sainte Loi de Dieu l'a conduit jusqu'à la prison et la mort. 11 n'atermoiera jamais avec les puissants, et ne leur fera aucune concession quand il s'agit de la fidélité à Dieu. Il est le fidèle parmi les fidèles.

                                                                                 Sa fête

                                                         Image29

   

Le 24 juin, l'Eglise célèbre avec un grand faste la naissance de Jean-Baptiste. C'est le jour le plus long de l'année, celui où la nuit est la plus courte: c'est le solstice d'été. Comme lors de sa naissance, tous se réjouissent ce jour-là de la venue de Jean-Baptiste parmi nous. Autrefois, les anciens faisaient à la Saint Jean les "feux de la Saint Jean", De nos jours, certains, sous prétexte de remettre ces feux en honneur, retournent à l'idolâtrie : la Saint Jean devient la fête du soleil, d'Apollon, de la musique... Ne tombons pas dans ces pièges et fêtons dignement Saint Jean-Baptiste. Sachons enfin que les juifs savent lire parfois l'Evangile mieux que nous. Écoutons-les: les prêtres de la classe d'Abia célébraient le culte divin au Temple de Jérusalem, la dernière semaine, d'août, ou la première de septembre. Après son service, Zacharie retourna donc chez lui. Peu après, Elisabeth a conçu l'enfant qui naîtra 9 mois plus tard, comptez bien à la fin juin ! Comme quoi les traditions ont du bon. Elles sont dignes de respect et d'attention !

                                                                                     NEUVAINE A SAINT JEAN BAPTISTE

                                                                Image21

 

Premier jour.

 

Dieu du ciel et de la terre, Souverain dispensateur des dons célestes,nous voici prosternés à vos pieds pour implorer, par les mérites de St. Jean-Baptiste, Votre divine miséricorde, c'est vous-même, ô Dieu, qui voulûtes glorifier ce grand Patriarche et attirer vers lui notre admiration et notre confiance. N'est-ce pas vous, en effet, qui envoyâtes un de vos Anges pour annoncer à ses saints et vieux parents la prodigieuse conception de cet enfant béni ? Vous voulûtes lui donner un nom de votre choix, après l'avoir purifié dans le sein de sa mère. Enfin, par une attention toute particulière, comme gage de sa grandeur future, vous lui traçâtes vous même la règle de vie dont la pratique constante produisit en son âme toutes les vertus.

Pater— Ave— Gloria

                                                                                                        Deuxième jour.

 Sublime Prophète, vous qui fûtes envoyé sur là terre pour être la terreur des méchants et Précurseur du Juste, nous voici prosternés devant vous pour rendre hommage à votre admirable sainteté. Fidèle aux grâces extraordinaires dont il plût à Dieu de vous orner, vous dédaignâtes le monde, et pour nous enseigner avec quel soin nous devons fuir ses dangers et ses vices, vous voulûtes mettre entre lui et vous un mur de séparation en vous retirant dans le désert. Hélas ! bien que pur de tout péché, quelle ne fût pas votre pénitence dans ces lieux privés de tout! Nous vous en supplions, faites-nous comprendre à quels périls notre salut est incessamment exposé au milieu des agitations et des scandales de ce monde ;

inspirez-nous la ferme résolution de purifier nos âmes par la pénitence, afin qu'elles soient admises un jour à partager votre bonheur éternel.

 Pater—A ve —

                                                                                                                          Troisième jour.

 

C'est avec le sentiment de la plus humble piété, ô grand Saint Jean- Baptiste, que nous venons rendre hommage au zèle dont vous fûtes animé pour la défense des lois divines et pour l'honneur de Dieu. Sans égard à la puissance des Grands, sans crainte de leur vengeance, vous adressâtes courageusement au Roi Hérode, les réprimandes que méritait sa vie criminelle et dissolue. Nous vous en supplions, inspirez- nous le respect salutaire des lois de Dieu et de celles de son Eglise. Faites que, dociles à la voix de la grâce et sensibles à celle de notre conscience, nous recevions avec une humble soumission la parole de Dieu quelque sévère qu'elle soit. Faites surtout que remplis de votre courage nous n'ayons jamais le malheur de céder aux vaines craintes du respect humain, mais que aidés de la grâce divine, nous contribuions de toutes nos forces à la sanctification des âmes par l'exemple de nos bonnes œuvres et l'édification de nos discours.

 

Pater — Ave— Gloria.

                                                                                                   Quatrième jour.

 

O saint Précurseur du Sauveur du monde, recevez la vénération dont nous sommes pénétrés au souvenir de votre humilité profonde. Un jour, les témoins de votre vie prodigieuse ne pouvant s'expliquer tant de surnaturel dans un pur homme, se pressèrent autour de vous. Etes-vous le Christ qui doit venir ? vous dirent-ils. Cette parole effrayant votre modestie autant que votre amour de la vérité, vous vous empressâtes de les détromper en vous déclarant indigne de toucher la chaussure du Christ. N'auriez-vous pas pu répondre : non, je ne suis pas le Christ, mais je suis l'Ange envoyé pour lui pré par les voies ?

Nous vous en supplions, obtenez-nous cette humilité, mère et fondement de toutes les vertus chrétiennes, afin que nous sachions, non-seulement repousser les vains compliments, mais encore aimer la vie cachée et nous résigner aux humiliations et aux mé- pris des hommes

 

Pater — Ave — Gloria.

                                                                               Cinquième jour. 
 
Ange du Seigneur Jésus, voix qui criait dans le désert : Faites pénitence ; faites droits vos sentiers ; préparez vos âmes à la venue du Juge Rédempteur : 
nous voici l'oreille attentive pour recevoir vos enseignements, les yeux ouverts pour contempler la lumière dont vous étiez l'aurore ;
les pieds prompts à entrer dans les sentiers où vous indiquiez du doigt l'Agneau de Dieu, notre salut éternel.
Oh qui pourra jamais redire les ardeurs de cette soif dont vous étiez consumé pour le salut des âmes !
Glorieux protecteur de cette paroisse, où vous êtes si particulièrement aimé, nous vous en supplions,
faites que nous n'ayons jamais le malheur de voir s'éteindre la vivacité de notre foi Catholique,
Apostolique, et Romaine, mais bien qu'elle grandisse chaque jour en nous, afin que par elle nous méritions d'être
d'être admis un jour au au  bonheur de la lumière éternelle. 
 
 
Pater — Ave — Gloria. 

 

                                                                          Sixième jour.
 
Divin réformateur des esprits et des cœurs, grand Saint Jean- Baptiste, en voyant avec quel généreux courage vous avez vengé la plus délicate et la plus belle des vertus ;
avec quelle perfection vous l'avez pratiquée à tous les instants de votre vie angélique ; nous nous sentons épris d'un respect plus grand pour l'honorer ;
d'un zèle plus parfait pour la défendre ; d'un amour plus ferme pour la préférer à tout ; d'un désir plus grand de l'augmenter chaque jour en nous,
et d'un cœur plus contrit des atteintes que nous avons eu le malheur de lui porter. Nous vous en supplions, ô glorieux saint,
purifié dès le sein de votre mère par un privilège destiné à vous préparer au contact du Fils de Dieu, obtenez, par votre intercession,
que nous ne nous détournions jamais des voies que vous nous avez tracées par vos exemples ; mais que sachant nous prémunir,
avec Paide de Dieu, contre les assauts de la chair et du démon, nous arrivions un jour au bonheur des vierges
 
 
Pater — Ave — Gloria. 
 
                                                              Septième jour.
 
Divin Précurseur du Sauveur, vous qui eûtes l'honneur sans égal de baptiser l'auteur môme du vrai Baptême, 
et de voir le ciel s'ouvrir au-dessus de cette scène céleste, pour donner libre cours à la première manifestation extérieure des trois personnes divines,
vous qui eûtes le bonheur d'entendre la voix du Père Céleste proclamer que Jésus alors humblement prosterné sous votre main était son Fils bienaimé,
l'objet de sa divine complaisance, nous vous en supplions, obtenez-nous la grâce insigne de bien comprendre les saints engagements de notre baptême,
de savoir éviter les dangers de tontes sortes qui menacent en nous et hors de nous les grâces que nous en avons reçues.
Dans ces temps d'aveugles et lâches apostasies,
obtenez nous l'inébranlable volonté de renoncer à Satan, à ses pompes et à ses œuvres, afin que nous méritions d'aller Contempler, 
au sortir de cette vallée de larmes, la divine Trinité dans le séjour de sa gloire.
 
Pater — Ave — Gloria.

 

                                                              Huitième jour.
 
Glorieux martyr, victime innocente des plus détestables passions ; vous eûtes la gloire de fermer l'ancien Testament en le scellant de votre sang;
vous eûtes celle aussi d'ouvrir l'ère de la loi nouvelle en présentant au monde celui qui en est le principe et la fin et en avertissant le monde
que l’Agneau de Dieu allait détruire le règne du péché, règne qui devait bientôt épuiser ses fureurs contre vous-même,
nous nous prosternons à vos pieds, intrépide vengeur de l'iniquité ;nous gémissons avec vous dans cette dure prison
où vous étiez chargé de chaînes et impitoyablement poursuivi par la haine et la vengeance d'une méchante femme !
Vous y attendiez la hache du bourreau, avec la constance des anciens Prophètes, victimes
Comme vous de leur courage à défendre la justice; patient et résigné comme devait bientôt l'être
cette armée de vierges et de confesseurs dont vous alliez ouvrir le martyrologe   sanglant
Par votre tête glorieuse tombée sous le couteau pour être la récompense d'une infâme danseuse, 
par la gloire de votre mort triomphante, nous vous en supplions, apprenez-nous à mépriser la vie d'ici-bas pour mériter de
partager avec vous l’éternelle vie;
 
Pater — Ave — Gloria. 
 
                                                                 Neuvième jour
 
Bienheureux Saint Jean-Baptiste, c'est avec une joie toute divine, que nous contemplons votre âme angélique dégagée des liens de la chair, 
et quittant son corps pour aller rejoindre Les Patriarches au sein d'Abraham.
Le Sauveur Jésus et sa sainte Mère n'avaient pas manqué de vous consoler avant l'heure de votre supplice. 
Avec quelles larmes de tendresse n'apprirent-ils pas votre mort? Ce fut donc sous le patronage de Jésus
que vous entrâtes dans les limbes pour y attendre que le ciel vous fût ouvert par la mort du divin Agneau.
Avec quel bonheur, continuant votre prédication au milieu de ce séjour de vos glorieux pères,
vous leur annonçâtes que le jour était proche où leurs saintes âmes, complètement émancipées,
allaient enfin, à la suite du Rédempteur, entrer triomphalement dans les tabernacles du Dieu vivant.
Nous vous en supplions, quand nos âmes sortiront de ce monde, daignez les recevoir sous votre tout puissant patronage.
Par vos mérites et comme fruit des saints exercices que nous terminons conduisez-nous à l'Agneau
qui a effacé les péchés du monde, afin que nous jouissions avec vous de l'éternelle félicité.
 
 
Pater — Ave — Gloria. 
 

                                                          Image30

 

                                                     PRIÈRE À SAINT JEAN-BAPTISTE

 

 O saint Jean-Baptiste,

illustre Précurseur du Messie,

vous que le Sauveur a proclamé

le plus grand parmi les enfants des hommes,

vous avez merveilleusement préparé,

par votre vie austère,

pénitente et tout angélique,

les voies au règne de l’agneau rédempteur.

Nous vous en supplions,

daignez nous obtenir la grâce

de marcher sur vos pas glorieux

de conserver la foi de nos pères,

de défendre avec zèle les intérêts

de la sainte Église catholique,

et de réaliser les desseins

de la divine Providence sur chacun de nous,

afin qu’après l’exil de cette vie,

nous puissions nous retrouver

dans la céleste patrie,

pour y chanter les louanges

du Roi éternel de tous les peuples,

pendant les siècles des siècles.

Ainsi soit-il.

 

      lundi 23 mars neuvaine à Saint Jean-Baptiste

suivie de la vigile de la nativité   de Saint Jean-baptiste  à 18h                                                                                                        

mardi 24 juin Solennité de la Nativité de Saint Jean-Baptiste à 18h